Forum Officiel du Club Français des Poules Pékin et Cochin
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 poux rouges peut-être "LA" solution miracle !! La terre de diatomée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
landry

avatar

Date d'inscription : 24/08/2010
Localisation : Génicourt (95)

MessageSujet: poux rouges peut-être "LA" solution miracle !! La terre de diatomée    Mar 18 Fév 2014 - 11:11

Rappel du premier message :

Le point sur les poux rouges

Le phénomène poux rouges  est assez récent. L'année passée, encore, ils ont sévi, même si j'ai l'impression - d'après les appels que je reçois - que c'est moins grave que l'année précédente.
Certains (auto proclamés) " écologistes " trouvent une utilité dans chaque animal, même le plus " nuisible " Personnellement, je ne trouve guère d'utilité aux poux rouges (et assimilés) ; et je pense ne pas être le seul de cet avis. Nos élevages sont de plus en plus envahis par ces parasites. Faisons le point sur cet animal et sur les moyens de lutter contre lui.
Tous les éleveurs sont unanimes, le pou rouge est aujourd'hui le parasite externe le plus nuisible des volières, des pigeonniers et des poulaillers. Amateurs passionnés, petits élevages ou élevages professionnels, qu'il s'agisse d'oiseaux d'ornement (canaris, pigeons, serins, perruches...) de poules pondeuses, de faisans ou de cailles.., rares sont ceux qui n'ont pas été contaminés au moins une fois par ce parasite.
Le phénomène n'est pas seulement français mais mondial, on estime que 70 à 80 % des élevages professionnels de poules pondeuses sont touchés plus ou moins sévèrement.

Le pou rouge et sa vie

Savoir que le pou rouge que l'on rencontre dans les élevages n'est pas un  pou mais c'est un acarien (contrairement au pou de tête de l'homme) de la famille des Dermanyssidés et du genre Dermanyssus. Ce genre regroupe 25 espèces, toutes parasites d'oiseaux, mais dont une seule est présente en élevage : Dermanyssus gallinae.
C'est un parasite un peu particulier. Il se comporte plutôt comme un moustique : il ne vit pas sur son hôte, grimpe dessus plutôt rarement et réalise un repas très rapide grâce à ses pièces buccales adaptées formant un tube.
Cet acarien doit se nourrir de sang d'oiseau pour pouvoir se reproduire. Il peut parasiter des oiseaux très variés.

Quel aspect a un pou rouge ?

Forme : tout mou, le pou n'a pas une forme très bien définie (plus ou moins ovale en général).
Taille : la femelle adulte mesure de 0,6 à 0,8 mm de long, mais sa longueur dépasse 1 mm quand elle est gorgée de sang. Le mâle adulte est un peu plus petit que la femelle (0,5 mm) et ne se nourrit pas.
Couleur : elle varie du gris blanc au noir, en passant par le rouge. Les larves et les nymphes à jeun sont de couleur blanc brillant. La couleur des nymphes et des adultes change au moment de l'ingestion du sang (rouge vif) et au cours de la digestion (successivement rouge foncé, noir, marron, gris). La digestion terminée, ils sont de couleur poivre et sel. Leurs excréments aussi sont poivre et sel. Ils représentent des indicateurs de 1a présence ancienne ou actuelle de Dermanyssus gallinae que l'on voit à l'oeil nu.
Déplacements : le pou n'est pas ailé, il se déplace agilement à pattes et peut être très rapide. Dans les conditions optimales, le cycle du pou s'accomplit en 1 à 2 semaines. Cette durée varie en fonction de la température et de l'hygrométrie : plus la température est basse, plus le cycle est long. À 25°C, un oeuf met environ 7 jours à se développer jusqu'au stade adulte. A 15°C, cette durée s'allonge et atteint 28 jours.
La larve ne se nourrit jamais. Environ 24 heures après son éclosion, elle mue en nymphe de stade 1 puis 2, qui a besoin d'un repas de sang pour accomplir sa métamorphose dans les 24 heures suivantes. La femelle adulte a besoin d'un repas de sang avant chaque ponte et pond 12 à 24 heures après. Elle pond jusqu'à 8 oeufs à chaque fois, et peut accomplir 8 pontes dans sa vie.
Le mâle adulte ne semble pas avoir besoin de se nourrir. Il recherche les nymphes fraîchement gorgées, en passe d'accomplir leur mue, pour pouvoir ensuite s'accoupler avec elles. Au cours de sa vie, un pou pique au maximum 10 fois (femelle), voire seulement deux fois (mâle).

Ses méfaits

Le pou en général est introduit dans le poulailler, la cage ou la volière par un arrivant extérieur mais il peut éventuellement être également introduit par l'éleveur ou un mammifère comme le rat ou le chien.
D'après des études de l'ITAVI, les souches des oiseaux sauvages seraient différentes ; il est donc peu probable que ce parasite soit ramené par un nid d'oiseau à proximité.
Sa présence est un danger : par ses piqûres répétées, il peut entraîner des diminutions de la ponte chez les poules ou une anémie sévère (diminution du nombre de globules rouges) chez les pigeonneaux qui peut être mortelle. Porteur de bactéries pathogènes, il peut inoculer des germes (salmonella) ou des parasites (plasmodium) et peut parfois s'attaquer à l'homme.

Les poux rouges peuvent se cacher dans de nombreux endroits à l'abri de la lumière :
- sous les fientes,
- sous les pondoirs et crochets de fixation,
- dans les tubes des perchoirs,
- sous les barres de perchoirs de nids,
- dans les fissures des murs, etc., etc.

Si vos animaux dépérissent ou semblent épuisés, si une mortalité inhabituelle touche vos couvées ou si les oeufs comportent des petites taches rouges, alors il est possible que vous soyez également à la tête d'un élevage de poux rouges.
Le pou rouge est capable de résister jusqu'à 9 mois de privation de nourriture. Cela rend la période du vide sanitaire peu efficace par elle ¬même.
Il est capable de supporter un large spectre de températures. Certains individus se réveillent et s'activent normalement après une congélation d'une semaine à - 20°C. Autant dire que les températures hivernales sous nos latitudes ne sont pas près de détruire les populations de poux rouges des poules ! Cependant, elles ralentissent beaucoup leur cycle et en hiver, on ne constate pas d'attaques de poux : ils attendent les beaux jours !
Il semble également supporter un peu moins bien les températures excessivement hautes.
Le pou n'apprécie pas non plus tellement la lumière ; cette caractéristique est intéressante à noter lors de la construction de vos poulaillers et pigeonniers : personnellement, je n'ai jamais eu de poux rouges dans des installations très aérées et bien éclairées (par la lumière du jour).

Les moyens de lutte

pourquoi avons-nous tant de difficultés pour contrôler ce parasite ? La biologie particulière de Dermanyssus gallinae rend cet acarien particulièrement difficile à combattre : il fuit la lumière et cherche avant tout des interstices étroits. Il a besoin que son corps soit en contact étroit avec les surfaces qui l'entourent. Cela l'incite à s'insinuer dans les espaces les plus réduits et le rend inaccessible aux pulvérisations de produits acaricides.
Une éradication complète de l'acarien est donc très difficile, mais il faut arriver à maintenir une population de poux rouges à un niveau acceptable pour lequel il n'y a pas d'incidence sur la qualité et la quantité de la production. Cependant, des moyens de lutte et une surveillance régulière permettent de prévenir une infestation massive.
I1 est nécessaire de traiter avant l'apparition des taches rouges sur les oeufs qui indiquent une prolifération importante des poux. I1 faut surveiller les points stratégiques connus pour héberger des agrégats d'acariens : espace compris entre deux éléments solides de la structure, sous les fientes sèches de poules â proximité des aires où elles dorment...
Il faut essayer aussi de repérer les excréments des poux. Ces fientes peuvent être un signal d'alarme, mais il faut garder à l'esprit qu'elles témoignent de la présence actuelle ou passée de poux rouges.

1 - Fabriquer un détecteur de poux rouge :

Pour repérer les poux, vous pouvez utiliser le piégeage, petit moyen très facile et très efficace. Comme ces animaux recherchent un coin sombre à proximité de leurs hôtes, procurez-leur une cachette ; les poux vont s'y réfugier la journée pour être dans le noir :
- un ou plusieurs bouts de chiffon blancs en boule à proximité de vos animaux ; après quelques jours, dépliez-le et vérifier la présence ou l'absence de parasites ;
- ou bien, un papier type essuie-tout noué sur une structure ou une feuille bristol pliée à placer en plusieurs endroits de l'élevage et à inspecter régulièrement ;
- ou encore un morceau de carton ondulé (ex: carton des paquets de biscuits pour enfants) et roulez-le. Attachez-le avec deux bouts de ficelle pour qu'il reste roulé puis accrochez-le sous le perchoir de vos poules. Ouvrez votre rouleau et vérifiez la (non) présence poux.
Rester vigilant : de temps en temps, pensez à faire ce test du piège.

2 - Nettoyage du bâtiment

Pour détruire un maximum de poux rouges, il est conseillé de traiter lorsque le bâtiment est complètement dans l'obscurité, soit 2 heures après la disparition de la lumière ou tôt le matin avant l'apparition de la lumière.
Quel que soit le produit de traitement que vous allez utiliser, son efficacité va dépendre de la qualité de son application mais surtout de la propreté des supports.
Démontez autant que possible le matériel d'élevage ; videz entièrement l'espace en se débarrassant de la paille ou de la litière (la brûler si c'est possible).
La poussière, les plumes, les fientes... sont des cachettes idéales pour les poux, les surfaces devront donc être les plus propres possibles. Grattez, brossez, décapez soigneusement les surfaces horizontales mais également verticales, le nettoyeur haute pression peut vous aider ou un jet d'eau, en insistant bien dans les recoins, fissures, fentes...
Lavez avec de l'eau additionnée de savon noir. En effet, le savon noir est efficace contre les poux. L'idéal est de le mélanger à de l'eau et de le pulvériser. Comptez 2 cuillères à café pour un litre d'eau. Pulvérisez toutes les zones où les poux ont pu se réfugier. Ils seront asphyxiés. La pulvérisation directe est aussi fonctionnelle.
Ce traitement, s'il est bien fait, devrait éliminer une grande partie des adultes et des oeufs, mais il est probable qu'il va en rester.
Vous pouvez aussi faire un traitement préventif : appliquez sur les murs de votre poulailler, chaque année, une peinture à la chaux blanche.
Après avoir traité les bâtiments, il sera nécessaire de traiter vos animaux avec un répulsif parasites longue durée qui permettra d'empêcher le retour des poux rouges sur les animaux traités (effet répulsif)) mais également d'éliminer ceux déjà présent sur les animaux (empêche la prise de sang).

3 - Programme lumineux

Normalement le pou rouge ne supporte pas la lumière, mais il a été constaté que lorsque l'infestation est très importante (trop de poux en rapport de la quantité d'hôtes) il peut être présent, lumière ou pas, sur son hôte 24h / 24h (les poux se relayant pour se nourrir).
Donc, étant donné que les poux rouges apprécient peu la lumière, des programmes lumineux cycliques (alternance de courtes périodes de lumière et d'obscurité) peuvent être utilisés. Ils semblent contribuer à limiter la prolifération de l'acarien. Cependant, la directive européenne 99.74 en lien avec le respect du bien-être animal en rendent l'application difficile : nécessité de 8 h minimum d'obscurité continue.

4 - Les insecticides classiques

Beaucoup d'acaricides sont à base de molécules de synthèse :
- produits à base d'organophosphorés ;
- produits à base de pyréthrinoïdes.

Ces traitements ont une action sur les individus mobiles : larves, nymphes, adultes ; mais la destruction des oeufs des poux est plus compliquée.
Des résistances à un produit peuvent apparaître ; changez alors de produit.
Le pyrèthre, substance naturelle obtenue à partir de fleurs de chrysanthèmes séchées semble aussi très efficace.

Citons un produit parmi d'autres : dernier né de la recherche Sogeval, Mefisto Shock combine une double action désinfectante et insecticide avec une stabilité prouvée et une efficacité conformes aux nouvelles normes européennes. Il a une action homologuée contre la mouche domestique, le pou rouge des volailles et le ténébrion des poulaillers. Utilisation : désinfection et désinsectisation des logements, du matériel de transport et du matériel d'élevage des animaux domestiques. Efficace même en eau dure. Action insecticide rémanente 3 mois.
Mode d'emploi : rincer les surfaces à traiter avant utilisation. Pulvérisation et application mousse : appliquer le solution diluée à 1 °/> (1 litre de Mefisto Shock pour 100 litres d'eau) â raison de 0,3 litre/m2 de surface à traiter en évitant un ruissellement trop important. Attendre 24 heures avant le retour des animaux. Conditionnement : bidon de 1, 5, 10 et 25 litres
Où le trouver ? Sur le site www.monde-elevage.com dans la catégorie litière et désinfectant.

5 - La terre de diatomée

Un produit peu connu de nos éleveurs, mais qui semble très efficace dans la lutte contre les poux rouges est la terre de diatomée.
Origine et provenance de la terre de diatomée : Les Diatomées ou Bacillariophycées sont des algues microscopiques unicellulaires fossilisés d'organismes marins qui ont la particularité de posséder un squelette siliceux ; elles peuvent mesurer quelques micromètres à plus de 500 μm. Les Diatomées peuvent se développer partout où elles trouvent un minimum de lumière et d'humidité : eaux douces, saumâtres et marines, mais aussi dans le sol et en milieu aérien.
Les dépôts de coques de diatomées mortes trouvés dans le sol, sont plus connus sous le nom de « terre diatomée ».
Attention il existe dans le commerce 2 sortes de terre de diatomée :
- La terre de diatomée (silice amorphe) qui est celle qui nous intéresse et qui n'a subi aucune modification ;
- La terre de diatomée calcinée à 900°C (silice cristallisée), qui est principalement commercialisée pour la filtration et qui est très irritante.
La terre de diatomée est un produit inerte et exempt de matières nocives connues, après broyage elle a l'apparence de la poudre de talc.
Principales utilisations de la terre de diatomée : la terre de diatomée est principalement utilisée dans l'industrie pour la filtration (vin par exemple), pour le polissage ou bien comme absorbant des liquides (La terre de diatomée ne forme pas de boue après absorption de liquide ; elle a un grand pouvoir d'absorption : jusqu'à 150 % de sa masse en huile.).
La terre de diatomée - un insecticide naturel : l'ingestion de particules de silice par les insectes provoque des lésions du tube digestif. La finesse et la dureté des particules de silice qui sont amassées par les poils de l'insecte provoquent des lésions sur ses membres ou sur sa carapace (marcher sur des diatomées équivaut pour ces derniers à marcher sur du verre brisé !), entraînant ainsi une perte de fluides corporels qui conduit à la mort de l'insecte par déshydratation après quelques jours (les propriétés absorbantes de la terre diatomée favorisant ce processus).
Comment l'utiliser ? Étant totalement inerte, elle permet une protection à long terme des endroits traités, à l'intérieur comme à l'extérieur. Actuellement la terre de diatomée est probablement l'insecticide le plus sécuritaire et efficace.
Ce produit se présente sous forme de poudre à déposer sur les zones où se réunissent les poux. Quand tout est sec vous pouvez également saupoudrer toutes surfaces horizontales, nids, recoins...
Il n'est pas nécessaire d'utiliser de grandes quantités de poudre, mais, en revanche, il est important d'appliquer le produit en le répartissant le plus uniformément possible, de façon à bloquer l'accès des poux.
Vous pouvez utiliser un tamis pour les surfaces peu étendues, et une poudreuse mécanique pour les grandes volières ou les grands poulaillers. Sur les surfaces verticales, les murs, les éléments de cages, etc., faites une solution en mélangeant 200 à 300 grammes de poudre à 1 litre d'eau tiède (il est important d'obtenir après le mélange une consistance fluide et sans grumeaux), puis pulvérisez sur toutes les surfaces en un léger voile uniforme (le produit doit si possible ne pas couler après application). Insistez dans les fissures et aux angles où se logent les poux. Le produit devient actif après séchage.
Dans une cage ou une volière si vous utilisez du journal, il est conseillé de mettre la poudre sous le journal puis après sur le journal. Si vous utilisez de la paille, de la litière ou du sable, saupoudrez bien au-dessus. Pour le poulailler, l'idéal est de mettre de la terre de diatomée dans le fond de votre poulailler (au sol sous la paille) et sous les pondoirs. Les poux en passant dans la terre de diatomée vont mourir.
Le principe c'est que le pou traverse la surface traitée avec la poudre avant d'arriver à ses proies. Le cycle du pou étant d'une semaine, il faudra peut être traiter 2 à 3 fois à une semaine d'intervalle. Si les insecticides liquides qu'ils soient naturels ou de synthèse se dégradent dans le temps et perdent rapidement leur efficacité, les produits à base de terre de diatomée restent efficaces aussi longtemps qu'ils ne sont pas recouvert d'une couche de poussière et qu'ils sont secs.
Vous pouvez à chaque nettoyage de votre volière ou de votre poulailler procéder à une application systématique de terre de diatomée.
La terre de diatomée peut servir aussi à traiter les poules : saupoudrez simplement sous les ailes et dans les plumes.
Contrairement à un insecticide « classique » où l'insecte meurt en général rapidement, avec la terre diatomée cela peut prendre plusieurs jours. En revanche, si les insecticides ont une efficacité limitée dans le temps due à leur dégradation, la terre diatomée permet une protection à long terme des endroits traités, seule l'humidité ou la poussière peuvent limiter son action.
Mais attention quand même, la terre de diatomée n'est pas sélective, elle peut donc tuer aussi bien les insectes nuisibles que utiles.
Durée d'action : l'application est à renouveler après dispersion de la poudre répandue ou si elle a pris l'humidité. Son efficacité va dépendre de la qualité de son application et de la propreté des supports.
Une surveillance régulière sera ensuite assurée pour faire une nouvelle application de poudre dans les meilleurs délais, si vous constatez à nouveau la présence de poux rouges (pensez à utiliser l'astuce du papier ou du chiffon blancs).
Traitement préventif : pour protéger vos oiseaux des poux, une application systématique de poudre à chaque nettoyage de votre volière ou de votre poulailler donne d'excellents résultats.
Sans danger pour les volailles et l'homme.
La terre de diatomée piège les poux sans nuire aux oiseaux ou aux éleveurs. Elle ne contient pas d'insecticides neurotoxiques et ne provoque pas de résistance des parasites. Ses composants ne présentent aucun danger pour l'homme ou les animaux en cas d'ingestion accidentelle, ni de risque de silicose, dans des conditions normales d'utilisation. Néanmoins, comme dans l'utilisation de toutes les poudres, nous vous recommandons de vous protéger les yeux avec des lunettes de sécurité et de porter un masque à poussière.
Elle est parfaitement utilisable pour les élevages biologiques.
De plus, vos oeufs peuvent être consommés sans restriction même immédiatement après traitement de vos volières ou de vos poulaillers. Vous ne prenez aucun risque pour vos oiseaux ni pour vous.

6 - Les poux tueurs de poux

Nous avons déjà parlé de cette méthode dans La Revue Avicole, avec les Dutchys (voir le site https: //wwv. pro-elevage. com).
Il y en a d'autres, en particulier Androlaelap.s casalis et Hypoaspis sp., sans impact sur les poules. Cette méthode n'est pas à utiliser avec d'autres comme les insecticides et la terre de diatomée ; ces derniers n'étant pas sélectifs : ils s'attaquent aussi bien aux parasites qu'à leurs prédateurs.
Mais c'est une méthode « naturelle » sans chimie.
Et demain ?
D'autres moyens qui n'impliquent pas d'application de produits sont à l'étude aujourd'hui comme, par exemple, un vaccin anti-pou rouge, à l'étude au Royaume Uni (source ITAVI).
Un second pou rouge pourrait arriver dans le futur : Ornithonyssus .sylviarum, le pou rouge nordique des volailles (parfois surnommé « pou rouge exotique »). C'est un acarien de la famille des Macronyssidés du genre Ornithonyssus. Ce genre regroupe 30 espèces réparties dans le monde entier, dont des parasites de mammifères et des parasites d'oiseaux, et deux seulement sont présentes en élevage de pondeuses: O. .sylviarum et O. bursa. La première infeste les élevages d'Amérique du Nord, la seconde est plutôt inféodée à des climats tropicaux (Brésil...).
Aujourd'hui, aucune de ces espèces n'est présente en France chez les poules. Ornithonyssus .sylviarum, le pou rouge nordique des volailles, a été signalé en pondeuses françaises il y a quelques années à la suite d'une confusion.
Toutefois, quelques observations récentes d'O.sylviarum dans des élevages de pays scandinaves peuvent laisser craindre une colonisation en cours par cet acarien, qui pourrait, à terme atteindre la France. D'autant plus que l'espèce s'est avérée présente dans des élevages de canaris et de faisans sur le sol français.
Sources: sites (en plus de ceux cités dans le texte) qui ont inspiré cet article et sur lesquels vous pourrez retrouver des produits, notamment la terre de diatomée :
http://www. penntybio.com/insectes/terre-diatomee-Kieselguhr.htm
http: //www. Penntybio.com/insectes/poux-rouges. html
http: http://www.itavi.asso.fr/elevage/sanitaire/fiche_pou.pdf .
http://www.familleaunaturel. com/solution-contre-le-poux-rouge-en-poulailler
http //www. compagnie¬bicarbonate. com /traitement-poux-r-ouges-oiseaux-¬dermanyssu.s-bicarhonate-.silice.html
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
octave

avatar

Date d'inscription : 05/11/2010
Localisation : Auvergne
Emploi/loisirs : Médecin biologiste
Humeur : bonne

MessageSujet: Re: poux rouges peut-être "LA" solution miracle !! La terre de diatomée    Mar 19 Juil 2016 - 17:43

Chrisbzh a écrit:


Justement l'intérêt de cette poudre est qu'elle a un effet sur les oeufs en les déssèchant si j'ai bien compris, pour les adultes et les larves toujours si j'ai bien compris c'est en passant dans la poudre qu'ils s'entaillent la "carapace" et qu'ils déssèchent également. Ce qui m'interpellait c'est qu'au bout de 3 jours certains commentaient qu'ils n'en voyaient plus aucuns alors qu'ils avaient une invasion !

La TD est une poudre de roche fossile composée de micro aiguilles et micro couteaux de silice. Pour faire simple c'est une très fine poudre de verre.
Elle a une double action sur les acariens :
- abrasive, par contact lors du déplacement des larves et des adultes, elle génère de multiples coupures qui au final les rend exangues (dessèchés);
- étouffante par obstruction des conduits respiratoires des larves et adultes.

les oeufs de poux rouges comme tous les oeufs du monde sont protégés par une coquille. Leur absence de déplacement et de de respiration par conduits respiratoires les rend insensibles aux lésions évoquées ci-dessus. Il y a cependant il est vrai une action de dessèchement par contact (phénomène de diffusion) mais l'action destructive est tout de même moindre que vis à vis des larves et adultes.
Revenir en haut Aller en bas
 
poux rouges peut-être "LA" solution miracle !! La terre de diatomée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Savon noir contre poux rouges ?
» poux rouges et consommation des oeufs après traitement ?
» article sur les poux rouges
» solution miracle?
» Poux rouges

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Club Français des Poules Pékin et Cochin :: L'élevage des poules, Pékin et Cochin :: Maladies et "petits bobos" ...-
Sauter vers: